Feeds:
Articles
Commentaires

Objectif marathon cinéma : toujours 45 %

Que je vous explique : ce matin, je voulais faire des truffes au chocolat. (Je vais à un anniversaire ce soir, et je trouvais que ça changeait agréablement des interminables paquets de chips et des bouteilles de coca bateau.) Malheureusement, la pâte au chocolat n’était pas coopérante. Elle coulait. Et franchement, des truffes au chocolat coulantes, c’est pas super glamour, hein. Et puis on s’en met partout quand on essaie de les manger. Bref, j’ai donc fait ce que toute cordon bleu cuisinière ferait : j’ai ressorti les blancs d’oeufs mis de côté au congélateur (on ne sait jamais quand on aura envie de faire des meringues) et fait une mousse au chocolat avec tout ça. (Pour ceux qui s’inquiéteraient de ces expériences culinaires, le léchage de cuillère a certifié qu’elle était délicieuse.)

En attendant donc que la mousse prenne au frigo, j’ai regardé la bande-annonce de L’art d’aimer, que je n’avais pas encore vue. (Oui, il m’arrive de faire des trucs de ouf malade, comme aller voir un film au cinéma sans avoir vu sa BA auparavant. Je vis dangereusement.)

Je pensais aller voir ce film cet après-midi pour occuper ma journée déjà surchargée. Mais il s’est avéré que je n’ai pas du tout, mais alors du tout, aimé la bande-annonce en question. Désolée Gaspard♥, mais tu ne suffiras pas à me motiver pour aller voir ce film. Six couples, six histoires différentes, qui tournent toutes autour du sexe, merci bien, il y a plus intéressant.

C’est donc avec un grand regret pour mon objectif marathon cinéma, qui n’atteindra jamais 100%, mais avec motivation pour m’occuper autrement cet après-midi, que j’ai décidé de ne pas aller voir L’art d’aimer. Qui a dit « Elle se dégonfle » ? Absolument pas :  demain après-midi, je compte bien adorer Le tableau !

Publicités

Pan Am

Pan Am, une nouvelle série d'ABC

1963. Maggie, Laura, Kate et Colette sont hôtesses de l’air pour la célèbre compagnie Pan Am. A une époque où voyager en avion est le summum de la classe, nous découvrons la vie de ces hôtesses et pilotes que le monde entier envie… ou presque. Car entre jalousie, intrigue, espionnage et guerre froide, tout n’est pas rose à 40 000 mètres d’altitude, surtout quand on possède un passé chargé de mystères…

Mais comment faire le tri dans le tombereau de nouvelles séries qui débarquent chaque semaine ?

Laissez-moi vous aider. Pensez 60’s, glamour, belles coiffures, uniformes, hôtesses de l’air (quelle petite fille n’a pas rêvé d’en être ?), pilotes d’avion, Christina Ricci (que j’ai tellement aimée dans Penelope), et pour flatter notre ego, un personnage français. La classe, quoi.

Comment ne pas vouloir regarder le premier épisode, après ça ? (Et trépigner pour voir la suite, du coup ?)

Dean, Kate, Laura, Colette, Maggie et Ted

Mais permettez-moi de vous présenter votre équipage : Dean, votre jeune et beau commandant de bord, Ted son second, Kate l’aventurière, Laura la mariée en cavale, Colette la Française et Maggie, la rebelle qui veut voir le monde. Tout ce petit monde se croise et se recroise, et nous n’avons pas fini de découvrir leurs secrets.

Seul problème du premier épisode : pour nous présenter tous ces personnages, nous avons droit à beaucoup de flashbacks. J’aime beaucoup les flashbacks, mais trop c’est trop, et ça rend l’épisode un peu dur à suivre, du moins au début. Enfin, une fois qu’on a mis un visage sur les noms, ça va mieux.

Sur ce, je file, l’épisode 2 m’attend je décolle dans une heure pour une destination exotique. Je vous raconterai !


Objectif marathon cinéma : 45%

Moi, on me parle d'amour et de malédiction, je fonce

Mais bon, c’est une déception. Petite, mais quand même. Hideaways, c’était un pitch intéressant, trois acteurs jeunes mais talentueux, Rachel Hurd-Wood (Peter Pan, Le portrait de Dorian Gray), Thomas Brodie Sangster (Nanny McPhee, La dernière légion, Tristan et Yseult) et Harry Treadaway (La cité de l’ombre), trois acteurs que j’aime bien, quoi, et l’histoire s’avère culcul. Si.

Jugez-en vous-même. Dans la famille Furlong, les garçons ont tous un « don » : le père fait sauter les plombs quand il a peur, le grand-père devient aveugle quand il pense au sexe… ou encore, et c’est là le problème, James tue tout ce qui vit, hommes, plantes et animaux, sans pouvoir se contrôler, en cas de peur ou de maladie. C’est ainsi qu’après avoir tué par accident plusieurs garçons de son école, il s’enfuit dans la forêt. Dix ans plus tard, il rencontre Mae, jeune fille cancéreuse en fugue. Patati patata (je vous épargne les détails clichéesques), évidemment, ils tombent amoureux (vous n’attendiez que ça, avouez-le ^^). Et là, BIM, on découvre que quand James est heureux, sa malédiction se transforme en vrai don : les plantes renaissent, les animaux reviennent et les malades guérissent. Le problème, c’est que James est un meurtrier, et que son passé va lui sauter au visage.

On ne m’accusera pas de faire des spoilers, alors je ne vous révélerai pas la fin, na. Sachez juste qu’elle ne me plaît pas du tout, même si elle est over prévisible (en fait, c’était mon scénario numéro 2), ce qui vous permettra sans doute de la deviner. :p

Quoi de plus culcul que d’habitude certains autres films, alors ? Eh bien, la façon de jouer des acteurs, le montage des scènes, et puis les clichés. Un peu c’est bien, trop c’est trop. Mais surtout, surtout, la fin, que je trouve bâclée. Une bonne fin peut rattraper un film médiocre ; ici le début est prometteur, mais ne réussit pas à tenir ses promesses. Dommage.

Ca fait une éternité que je n’ai pas raconté de bêtises. Alors voilà :

Recette des crêpes au whisky :

Préparez la pâte. Buvez un whisky. Faites chauffer une poêle. Buvez encore 2 whiskys. Mettez de l’huile dans la poêle. Mélangez une cuillère avec la pâte. Buvez whiskys 3 encore. Mettez un peu de poêle dans la pâte. Patelez bien l’étale. Cherchez une autre wouteille de bisky. Crépez la tourne. Faites cuire le whisky encore une petute minite. Sortez la poêle de la crêpe. La crêpe relevez du plancher. Beurrez du mettre cure la sêpe. Crêpez le sucre. Tes la mable et loivà !

Les aventures de Severus Snape :

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Volume-less Hair Style

Severus Snape and the Year He Discovered the Blow dryer

Doctor Who. Toujours.

Parce que ça :

Et ça :

Et ça, aussi :

Et puis je crois que j’ai besoin d’un câlin

Parce que c’est pas juste

Andreeeew ♥

Voilà :

Doctor ♥

Mais bon, tout ira bien, parce que :

Objectif Marathon ciné : 30%.

Deuxième étape du marathon : Or noir, de Jean-Jacques Annaud. C’était très sympa, mais pas autant que Time out, ne vous en déplaise (faut croire que je préfère la SF).

Années 30, Ceinture Jaune. Deux sultans se rencontrent pour signer la paix. Le vaincu, Amar, laisse ses deux fils au vainqueur, Nessib, comme gage de bonne volonté ; ils seront élevés comme ses propres fils. La Ceinture Jaune est déclarée zone neutre, personne ne pourra la revendiquer.

Quinze ans plus tard, les Américains débarquent : ils ont trouvé du pétrole dans le sol de la Ceinture Jaune. Nessib, qui ne cherche qu’une chose, être riche et moderne, leur permet d’exploiter les gisements. Avec l’argent qu’il gagne, il construit des écoles, des hôpitaux… Malheureusement, Amar le prend comme une violation du traité.

C’est le début d’une nouvelle guerre, où Auda, le fils d’Amar, élevé par Nessib et marié à sa fille, devra choisir son camp.

Pour moi, la beauté du film réside surtout dans les paysages, justes splendides. Les scènes de bataille où la troupe d’Auda tend piège après piège à ses ennemis sont très bien trouvées, on a le cœur qui se serre de peur et d’horreur quand certains tombent sous les balles ou la soif, et mon cœur de midinette a beaucoup apprécié les échanges entre Leyla et Auda (que voulez-vous, on ne se refait pas).

Mon moment préféré du film ? Nessib qui hurle : « Auda, le Mahdi ? Il est bibliothécaire, nom d’un chien ! » Je l’ai toujours dit : les bibliothécaires conquerront le monde ! 😀

Mon personnage préféré ? Le médecin, Ali ♥. Il est cynique, ironique, drôle, je l’aime.

Et une pensée jalouse pour le superbe turban vers d’Amar, transmis de père en fils. Je veux le même.

Auda

Amar

Objectif Marathon ciné : 15%.

Hier soir, j’ai vu Time out. Bilan : j’ai a-do-ré.

Pour les quelques extra-terrestres qui ne suivraient pas du tout l’actu ciné mais liraient quand même ce post, je pitche :

*Voix d’outre-tombe* Dans un futur pas si lointain que ça, les Hommes sont génétiquement modifiés pour arrêter de vieillir à vingt-cinq ans. Il leur reste ensuite un an à vivre, sauf s’ils peuvent acheter du temps. Car ici, le temps est littéralement de l’argent. Tout se paie avec du temps : un café ? Quatre minutes. Une voiture décapotable ? Cinquante-sept ans. Un péage ? Ca dépend où vous voulez vous rendre ! De un jour à… un an. Et quand votre compteur atteint zéro, vous mourrez. Mais heureusement, Will Salas est là ! *roulements de tambour* Et il va faire tout péter pour tenter de changer le système.

Bon, on m’avait prévenue que tout le monde était jeune, dans ce film, mais on ne m’avait pas dit que tout le monde était beau. C’est prévu génétiquement aussi ? Parce que franchement, mon petit cœur n’arrivait plus à suivre. Entre ♥Cillian Murphy♥ le Gardien du Temps et ♥Alex Pettyfer♥ le voleur de temps (son troisième film cette année, quand même !), sans parler de tous les figurants anonymes (mais beaux), c’est du sacré casting !

Les dix premières minutes de Time out sont assez perturbantes, surtout quand on voit Will (Justin Timberlake) souhaiter un joyeux anniversaire à sa mère, vint-cinq cinquante ans. Le fait que le temps soit l’argent dans l’histoire est assez difficile à intégrer, car on peut très bien avoir un siècle à son compteur, il suffit d’une minute pour tout perdre (vous suivez ?). Autre problème, comme le soulève le père de l’héroïne : comment savoir qui est qui, puisque les parents ont le même âge que les enfants ? Will craque ainsi sur Sylvia (Amanda Seyfried, de Mamma mia, Lettres à Juliette...) sans savoir si elle a vingt-cinq ans depuis un an ou deux cents ans.

La preuve par l'image : la grand-mère (à gauche) et la mère (au centre) de Sylvia (à droite)

Autre chose : dans ce film, on court beaucoup. Quand on n’a que quelques heures à vivre, on ne fait pas la grasse matinée, n’est-ce pas. Et Will et Sylvia, qui veulent redonner du temps aux gens, vont beaucoup courir pour ne pas se faire attraper par les Gardiens du Temps ou les voleurs de temps, et refiler leurs petites boîtes pleines de minutes aux personnes des zones pauvres en temps.

Ce qui m’amène au seul point improbable que j’ai trouvé (oui bon, les modifications génétiques sont improbables aussi, mais c’est de la SF, les gens, suivez un peu) : Sylvia est une rebelle very sexy, en talons de douze et jolies robes, mais quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi elle ne porte pas plutôt des baskets ? Pour courir, on n’a pas encore trouvé mieux… Surtout quand on n’a pas le temps de se casser une cheville.

En conclusion : un bon démarrage pour ce marathon ciné. La suite, Or noir, demain normalement.

Marathon cinéma

Les programmateurs de sorties cinéma sont soit vraiment bêtes, soit ils le font exprès (je n’arrive vraiment pas à décider). Sisi, j’ai des preuves ! Tenez, cette semaine, il y a SIX films qui sortent, et je voudrais TOUS aller les voir. Le souci, c’est que je n’ai toujours pas vu Intouchables, et qu’à tous les coups la semaine prochaine quand j’aurai un peu plus de temps, la moitié de ces six films ne seront plus à l’affiche.

J’ai donc décidé, une fois n’est pas coutume, de faire un marathon cinéma. D’habitude pour moi, un marathon ciné c’est un truc de ouf malade où je vais voir deux films dans la même journée (et c’est de l’organisation, je vous assure, parce que les séances ne se suivent jamais de façon pratique). Cette semaine, ce sera donc un vrai marathon ciné (qui a dit « Elle est folle » ?). Bilan lundi pour savoir si j’ai réussi.

En plus d’un billet sur Pan Am que je vous prépare en parallèle, voici donc la liste des six sept films à voir durant ce marathon :

Intouchables (parce que j’aime bien rigoler)

Time out (parce que j’aime la SF)

Les immortels (parce que j’aime les péplums) (bon, d’accord : parce que j’aime ♥ Henry Cavill ♥)

Le tableau (parce que j’aime les dessins animés)

L’art d’aimer (parce que j’aime les comédies romantiques) (oui, vous le saviez déjà) (bon d’accord : parce que j’aime ♥ Gaspard Ulliel ♥)

Hideaways (parce que j’aime le fantastique, les histoires d’amour, ♥ Harry Treadaway ♥, ♥ Thomas Sangster ♥ et Rachel Hurd-Wood)

Or noir (parce que j’aime le désert, les années 30, les princes et les films à grand spectacle) (et que je ne doute pas d’y découvrir un nouvel acteur à ♥)

Le marathon va commencer…

Prêts ?

Partez !

%d blogueurs aiment cette page :